ASSOCIATION STOP DERIVES SUICIDE ASSISTE - SUISSE​

 

NOUS SOUTENIR : Pour vos dons ou pour vos cotisations :

Compte bancaire de l'association :

Postfinance, compte No 15 - 26 12 47 - 2

IBAN: CH38 0900 0000 1526 1247 2

Merci !

Prévention du suicide des jeunes : voir l'association Stop Suicide

©2019-2020 Association STOP DÉRIVES SUICIDE ASSISTÉ

STOP DÉRIVES SUICIDE ASSISTÉ

Association de lutte contre les dérives du suicide assisté

STOP DÉRIVES SUICIDE ASSISTÉ est une association qui lutte contre le suicide assisté lorsqu’il est accordé prématurément à des personnes qui ne sont pas en fin de vie.

Si l'un de vos proches souhaite mettre sa mort à l'agenda, contactez-nous.

Qui sommes-nous ?

L'association a été créée par « les deux frères genevois », Bernard et Claude Mermod. Au mois de novembre 2016, nous avons été profondément marqués par le suicide de notre frère aîné Olivier qui avait été incité à « son plan B » par Exit et nous témoignons. La légitimité de notre prise de parole est renforcée par notre qualité de proches et de témoins qui ont mené une action en Justice. Notre livre-témoignage a été publié à Paris en été 2019 aux éditions l'Harmattan.

TROIS VÉRITÉS QUI FONT MAL

  1. La Suisse n’a pas de lois sur le suicide assisté. 

  2. Une frange active des Sciences médicales incite à faciliter l’accès au suicide assisté.

  3. Hors de contrôle, le suicide assisté est accordé à des personnes en bonne santé.

LE VIDE JURIDIQUE

Le grand mensonge consiste à faire croire jusque loin hors de nos frontières que le citoyen suisse aurait doté son pays de lois. En fait, aucune loi fédérale ne réglemente le suicide assisté tel que compris de nos jours et seul l’article suranné No 115 du Code pénal promulgué en 1942 lève l’impunité des pratiques actuelles. En l’absence de règles et de limites, les abus ne sont réglés que par la jurisprudence qui, du fait de ce vide juridique, s’était toujours appuyée sur les directives de l’Académie suisse des sciences médicales, ASSM.

Le 25 octobre 2018, la Fédération des médecins suisses FMH n’a pas voulu intégrer dans son code de déontologie l’assouplissement des conditions d’accès au suicide médicalement assisté qui avait été approuvé le 17 mai 2018 par le Sénat de l’ASSM. Ces nouvelles directives entrent notamment en conflit avec la directive No 4.1 du 25.11.2004 : « Le suicide assisté n’est licite que si la maladie dont souffre le patient permet de considérer que la fin de vie est proche. »


En conséquence, en cas de plainte pénale, nos juges ne savent plus à quelle autorité en référer : l’ASSM ou la FMH ? 
- Ce doute est intolérable.

LES ABUS FINANCIERS

​« L'association d'euthanasie Exit a accumulé une fortune par millions. Maintenant, les membres et les politiciens posent des questions critiques. Sur la base des documents envoyés à l'Assemblée générale, j'ai établi qu’Exit a maintenant accumulé un actif brut de CHF 29 millions. Qu'est-ce qu'une organisation d'euthanasie fait avec autant d'argent demande Rolf Sommer. » (Der Sterbehilfeverein Exit hat ein Vermögen in Millionenhöhe angehäuft, NZZ 07.05.2019)

L'ABUS DÉMOCRATIQUE

​Pour détourner l’attention, des initiatives, probablement financées aussi par ces fonds énormes, font voter des lois cantonales qui ne règlent que des points périphériques, comme l'accès des organisations d'assistance au suicide aux lieux de soins. Ces garanties anecdotiques entretiennent une illusion de droit, mais ne comblent en rien le vide juridique au plan pénal. Même votées « par le peuple », fondamentalement ces législations cantonales ne règlent rien du tout, elles viennent apporter leur pierre à un édifice juridique bâti sur du sable.

QUEL FUTUR POUR NOS AÎNÉS ?

En l’absence de lois, on organise déjà la mise à mort moderne selon l’idéologie des associations pour le « droit de mourir » dans la « dignité » : autonomie, dignité et libre choix du jour de la mort, tout cela sous les auspices du droit à l’autodétermination devenu profession de foi collective.


La décision de mourir ne sera bientôt plus imputable au citoyen, elle deviendra une construction sociale et clinique à la mode qui se transformera en un simple usage. On n’osera même plus s’y dérober.


L’aîné tombé malade sera immédiatement étiqueté et surmédiqué : il ne sera plus entendu que dans son désir de mourir. Ayant perdu la liberté de changer d’avis il sera vite placé devant l’offre insidieuse d’être repris en main par un « empathique » accompagnateur à la mort qui   - poison en main - lui vantera un accès immédiat à l’au-delà. Le protocole de fin de vie sera devenu un outil banal, une coutume, une institution et pourquoi pas, une fête !


Déjà maintenant, à chaque mort survenue par suicide assisté, les assurances font des économies considérables et nous laissons faire. Pendant ce temps s’opère cette rencontre inouïe entre la santé publique et la logique de l’argent. Stigmatisées, les personnes âgées en perte d’autonomie seront bientôt qualifiées « d’indignes » et on les fera entrer dans la catégorie des déviants du système hospitalier pour les confiner dans ce qui ne mérite pas d’être vécu. Le « droit de mourir » aura alors vite fait de se transformer en un devoir de se suicider.

UN PROTOCOLE DEVENU SAUVAGE

L’aide au suicide est souvent accordée au seul prétexte que le sujet « autonome » se dise « fatigué de vivre » du fait de simples pathologies « liées à l’âge ».


La vérité est que dans la peur d’une perte de capacité de discernement qui ferait perdre au sujet son droit d’accéder au produit létal, l’anticipation du jour de la mort est induite mécaniquement par un protocole procédurier qui pousse à accorder la mort à des personnes qui ne sont ni malades, ni en fin de vie proche. Les faits sont là, implacables : fondé sur la peur, le suicide assisté contient en lui ses propres dérives et il est devenu sauvage. Les organisations d’aide au suicide repoussent progressivement toutes les limites.

L'URGENCE DU DÉBAT DÉMOCRATIQUE

Les médias propagent un formatage où règne la dimension binaire et réductrice du suicide assisté : soit c’est l’acharnement médical, soit c’est la mort programmée.

L’aide au suicide échappe toujours plus à la critique devenue réductrice, affadie et trompeuse. Informer le citoyen ne serait plus à l’ordre du jour ? On continue à faire croire à la population qu’on n’accorde la mort qu’en cas de maladie grave en phase terminale.

Pendant ce temps, les experts de l’éthique médicale confisquent les questions clés et ils élaborent leurs protocoles de fin de vie, loin du débat public. On sait pourtant bien que la remise du produit létal consiste à donner la mort : elle ne poursuit pas un but médical utile à un traitement. Les seuls critères à prendre en considération ne sont donc pas de nature médicale, mais sociétale et nos autorités savent depuis longtemps que ces questions brûlantes n’échapperont pas au débat démocratique :

« Comme il en va du droit fondamental à la vie, la détermination de la limite entre homicide autorisé et non autorisé ne peut pas être abandonnée à une catégorie professionnelle ou à la science ». Assistance au décès. (Adjonction au CP, Rapport du Conseil fédéral donnant suite au postulat Ruffy : 1999)

Actuellement, dans la cité comme dans les instances politiques, les espaces de débat et de contradiction n’existent déjà presque plus et si ça continue, cette démission donnera lieu à d’autres tragédies. https://www.tdg.ch/geneve/exit-2-freres-continuent-combat-justice/story/30442354

 

En l’absence de dialogue ouvert et face à des enjeux de vie et de mort qui nous touchent tous, nous demandons un débat public, national, citoyen !

 

Contacter l'association

STOP DÉRIVES SUICIDE ASSISTÉ

Genève, Suisse

Nous soutenir

L'association existe grâce à vos dons et vos cotisations :

Compte bancaire de l'association :

Postfinance, compte No 15 - 26 12 47 - 2

IBAN: CH38 0900 0000 1526 1247 2

Cotisation annuelle Fr. 30.-

Merci !

En savoir plus...

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now